Emplois aidés : restons en alerte !

Après l’annonce estivale du gouvernement de geler les contrats aidés, la Fédération a souhaité estimer l’impact de ces mesures à travers un sondage, début septembre. A la mi-octobre, une vingtaine de centres sociaux y avaient répondu, avec une estimation, au global, de près de 8% des effectifs des structures potentiellement impactées par le gel des emplois aidés, avec ses conséquences sur l’arrêt ou la diminution de certaines activités et projets voire la mise à mal de certaines fonctions centrales pour les centres sociaux. Une préoccupation s’est également exprimée pour les « petites » associations locales, partenaires quotidiens des centres, menacées souvent bien plus directement dans leur existence.

La fédération départementale a souhaité réagir et alerter, sur ce mouvement de resserrement, en signant d’une part l’appel « NON au plan social des contrats aidés » initié par le collectif régional Actes If ainsi que le Collectif des Associations Citoyennes notamment,  à l’instar de la fédération des Centres Sociaux de France (FCSF).

Elle a également adressé un courrier à l’ensemble des députés et sénateurs du département, en amont du vote du budget 2018 à l’Assemblée Nationale.

Mais nous pouvons également inscrire ces préoccupations dans les réflexions engagées depuis 2015 autour des modèles économiques des centres sociaux : comment penser un modèle cohérent avec le sens de notre action ? Elles nous engagent à penser de manière dynamique le sens du projet que l’on souhaite porter et des moyens à mettre en œuvre.

Réfléchir à ces enjeux doit nous encourager à renforcer nos partenariats et synergies avec l’ensemble des parties prenantes locales ou institutionnelles autour des projets sociaux : le développement de comités de pilotage, des financeurs autour du projet social, ou encore le Schéma d’Animation de la Vie Sociale, pilotée par la CAF, qui offre la possibilité, d’un espace stratégique d’échanges et de partage.

Aussi, en cette période faite d’assez grandes incertitudes, il nous faut témoigner de nos actions et de leur impact, valoriser la plus-value de nos structures, ancrées sur les territoires, au plus près des habitants, promouvoir notre vocation d’accueil inconditionnel des habitants.

En ce début d’année, les contrats aidés seront remplacés par les Parcours emploi Formation (PEC), qui viennent appuyer l’accompagnement et la formation des personnes éloignés de l’emploi (circulaire de la DGEFP du 11/01/18).

Les centres sociaux ont su témoigner de leur savoir-faire en la matière, et des pistes à l’échelle départementale peuvent être travaillées. Restons donc ensemble en alerte, force de propositions et d’alternatives !

La Fédération reste en veille et se tient à votre écoute pour avancer autour de ces enjeux, n’hésitez pas à vous rapprocher de l’équipe. 

Céline Heitzmann, Déléguée de la FCS93